Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quel bon roi font référence les calissons d'Aix ?

Réponse
Publicité

5 septembre 1638

Naissance du futur «Roi-Soleil»


Louis Dieudonné, futur Louis XIV, naît le 5 septembre 1638 au château de Saint-Germain-en-Laye, à l'ouest de Paris.

Ses parents, Louis XIII et la belle Anne d'Autriche (37 ans l'un et l'autre), sont d'autant plus ravis de la naissance de ce premier enfant qu'elle arrive après plus de 22 ans de mariage stérile !

Alban Dignat.

Une conception miraculeuse

La conception du Roi-Soleil survient après 13 ans de mésentente entre le roi et sa femme, dans un concours de circonstances proprement miraculeux que rapporte la rumeur et qui vaut d'être conté (même si sa véracité n'est pas établie).

Louis XIII, que l'on surnomme aussi le Chaste (c'est tout dire !), manifeste dès son adolescence les plus grandes réserves à l'égard des femmes. Il n'a hérité en rien du tempérament de son père, Henri IV le Vert Galant (mais le transmettra tout entier à son propre fils Louis XIV).

Après une nuit de noces infructueuse et décevante, il attend plusieurs années avant de consommer son mariage avec Anne d'Autriche et il ne s'y résout qu'après avoir assisté à la consommation du mariage de sa belle-soeur, Madame de Vendôme.

Déçu par ses premières expériences sexuelles et irrité par la frivolité de sa femme, Louis XIII se détourne de celle-ci malgré les injonctions de ses proches.

Là-dessus survient la fameuse nuit du 5 décembre 1637. Le roi quitte son modeste château de Versailles (rien à voir avec le splendide palais qu'il deviendra 30 ans plus tard) pour aller coucher à Saint-Maur, de l'autre côté de Paris. Il s'arrête au passage au couvent Sainte-Marie de la Visitation, rue Saint-Antoine, pour converser avec l'une des nonnes à laquelle le lie une passion platonique : Louise de La Fayette.

Un orage survient, rendant périlleuse la poursuite du voyage jusqu'à Saint-Maur. Le capitaine des gardes, avisé, suggère au roi de se replier au Louvre où, hasard, loge la reine Anne d'Autriche. Le roi refuse d'abord. On le prie, on insiste. Enfin, comme l'orage se fait de plus en plus violent, il accepte.

Au Louvre, ses appartements n'étant pas préparés, on lui fait remarquer qu'il n'a d'autre solution que de partager le lit de la reine... Pour ne pas gâter ce bienheureux concours de circonstances, les conseillers du souverain transmettent discrètement à tous les couvents de la capitale la consigne de prier toute la nuit afin que celle-ci soit féconde !

Le 10 février 1638, à peine la grossesse de la reine est-elle avérée, une lettre patente réalise formulé par le roi à la Noël 1635 de consacrer le royaume de France à la Vierge Marie. Depuis lors, le 15 août, fête de l'Assomption de la Vierge, est férié et chômé en France.

Neuf mois plus tard, enfin, survient l'accouchement. Le travail est difficile. Aux soignants qui s'affairent, le roi déclare : «Qu'on sauve l'enfant. Vous aurez lieu de vous consoler de la mère !» Ainsi naît le petit Louis. Son deuxième prénom (Dieudonné) atteste des circonstances quasi-miraculeuses de sa naissance et des espoirs qui reposent sur lui.

Tout à la joie de sa bonne fortune, la reine fait élever au sud de Paris, sur le flanc de la montagne Sainte-Geneviève, la très belle église du Val-de-Grâce (c'est l'un des très rares témoins de l'art baroque en France). Elle songe à se retirer dans le couvent attenant, une fois l'âge venu, mais un douloureux cancer du sein ne lui en laissera pas le loisir...

Une régence troublée

Deux ans plus tard, Anne donne le jour à un deuxième fils, Philippe d'Orléans. La lignée est sauve... et le roi n'a plus à supporter l'arrogance de son frère, Gaston, duc d'Orléans, dit «Monsieur», qui était auparavant l'héritier présomptif.

Louis succède à son père sur le trône de France le 14 mai 1643, à l'âge de... quatre ans.

Louis XIII, qui a perdu quelques mois plus tôt son fidèle Richelieu et se voit lui-même, à 42 ans, proche de la mort, a organisé avec soin un Conseil de régence pour prendre les affaires en main.

Ce Conseil, composé de la reine Anne d'Autriche, de Gaston d'Orléans, du prince de Condé et du ministre Jules Mazarin, recommandé par Richelieu, réunit des personnalités trop différentes pour réussir.

Dès le 18 mai 1643, la reine-mère obtient du Parlement de Paris qu'il casse le testament du défunt roi et lui confie «l'administration libre, absolue et entière des affaires du royaume».

Le roi-enfant va régner pendant près de vingt ans à l'ombre de sa mère, régente en titre, et de son Premier ministre, Jules Mazarin, un immigré italien qui fut peut-être l'amant de la belle Anne d'Autriche.

La régence débute sous de bons auspices avec la victoire du duc d'Enghien sur les Espagnols à Rocroi, le 19 mai 1643. Très vite, les choses se gâtent avec la Fronde des parlementaires et des nobles. Le roi, sa mère et son ministre sont un temps chassés de leur palais parisien des Tuileries et contraints de se réfugier à Saint-Germain-en-Laye.

Mais le pouvoir royal est restauré grâce à la diligence de Mazarin, qui ne manque pas de beaucoup s'enrichir au passage, et la régence s'achève sur un succès international avec le traité des Pyrénées conclu avec l'Espagne. Ce traité se solde par le mariage du jeune roi avec sa cousine, l'infante Marie-Thérèse d'Autriche, fille de Philippe IV d'Espagne (frère d'Anne d'Autriche) et Élisabeth de France (soeur de Louis XIII).

Bibliographie

Sur le mariage de Louis XIII et l'enfance de Louis XIV, on peut lire le délicieux roman de Claude Duneton, Petit Louis, dit XIV.

Publié ou mis à jour le : 2013-08-18 16:49:50