Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quel est le premier président de la République française qui a terminé normalement son mandat ?

Réponse
Publicité

2 avril 1810

Marie-Louise et Napoléon unis devant Dieu


Le lundi 2 avril 1810, au Louvre, Napoléon 1er (40 ans) épouse en grande pompe l'archiduchesse Marie-Louise (18 ans).

Marie-Louise est la fille de l'empereur d'Autriche et la petite-nièce de la reine Marie-Antoinette, celle-là même qui fut guillotinée. Le mariage scandalise les nostalgiques de la Révolution, y compris beaucoup de fidèles de l'empereur.

Mais Napoléon y voit une ardente nécessité. En premier lieu pour obtenir l'héritier que Joséphine, la première impératrice, a été inapte à lui donner. En second lieu, pour unir sa dynastie naissante aux familles régnantes d'Europe.

Après un divorce d'avec Joséphine et l'échec d'un projet de mariage avec une soeur du tsar, Napoléon s'est résolu à accepter l'offre de son ancien ennemi, l'empereur d'Autriche. «J'épouse un ventre !», dit-il pour s'excuser.

Le mariage est conclu par procuration, avant que Marie-Louise quitte Vienne pour Paris le 13 mars 1810.

L'empereur ne se contient pas et galope à sa rencontre. Dès le soir du 27 mars, à Compiègne, il initie sa jeune épouse à ses devoirs conjugaux sans attendre la célébration officielle du mariage. Le lendemain, béat, il glisse à son aide de camp : «Mon cher, épousez une Allemande, ce sont les meilleures femmes du monde, douces, bonnes, naïves et fraîches comme des roses !»

Malgré un vieillissement précoce, Napoléon ne se départira plus de sa tendresse pour sa «bonne Louise» !

Napoléon triomphe. Moins d'un an plus tard, le 20 mars 1811, naît l'héritier tant attendu. Mais après l'effondrement de l'empire, l'«Aiglon» connaîtra à Vienne une existence tragique et une mort romantique qu'a su mettre en scène Edmond Rostand.

Toujours irréfléchie, soumise à son père et à la raison d'État, Marie-Louise sera intronisée grande-duchesse de Parme. Elle prolongera avec un amant, Neipperg, les plaisirs découverts avec Napoléon. Elle lui donnera de nombreux enfants avant de l'épouser à son tour.

Publié ou mis à jour le : 2011-03-12 16:30:45

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir les 2 commentaires sur cet article


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.