Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui a créé la Légion d'honneur ?

Réponse
Publicité

264 à 146 avant JC

Carthage, rivale de Rome


La cité de Carthage affronta sa rivale Rome pendant plus d'un siècle, de 264 à 146 avant JC, pour la domination de la Méditerranée occidentale.

Ces guerres puniques (d'après un autre nom donné aux Carthaginois) se terminèrent sur une victoire totale de Rome. Bien oubliée depuis, la cité de Carthage n'en était pas moins digne de considération.

Jean-François Zilberman

Des commerçants audacieux

Bateau phénicien, Khorsabad, VIIIe siècle avant JCLes habitants de Carthage sont originaires du pays de Canaan, c'est-à-dire du Proche-Orient actuel (Liban, Israël et Palestine).

Également appelés Phéniciens, les Cananéens étaient d'habiles navigateurs et des commerçants hors pair. Ils étaient connus des Égyptiens contemporains de Ramsès II sous le nom de Peuples de la Mer. Ils sont à l'origine de notre alphabet phonétique.

Les cités phéniciennes comme Sidon ou Tyr ont créé des colonies tout autour de la mer Méditerranée, autour d'anses rocheuses propices à l'amarrage des navires et appelées cothons. C'est ainsi que Gadès et Utique ont été fondées par les Phéniciens dans l'actuelle Tunisie entre le XIIe et le Xe siècles.

Carthage (ou Qart hadasht, la Ville neuve) fut quant à elle fondée plus tard, en 663 avant JC, par des marins de Tyr, sur une presqu'île entourée de lagunes, au nord de l'actuelle Tunis. Au sommet de sa gloire, la cité compta 700.000 habitants si l'on en croit Strabon, un historien romain du IIe siècle avant JC.

République oligarchique

Carthage a un gouvernement de forme républicaine. Le Sénat, qui regroupe les hommes libres, élit chaque année deux Rois ou suffètes. Les Rois sont assistés par un Conseil des Anciens, recruté parmi les sénateurs. Ils sont choisis au début dans la famille des Magonides puis dans celle des Hannonides.

Dans les faits, le gouvernement est accaparé par les principales familles de marchands. C'est une oligarchie comme Rome, Athènes ou plus tard Venise et Florence.

L'agriculture savante, l'arboriculture et la céramique sont les principales ressources de Carthage, sans oublier surtout le commerce... «Les Puniques inventèrent le commerce» écrit l'historien romain Pline l'Ancien.

Comme Tyr, Carthage fait le négoce des métaux (argent, étain) avec Gadès ou Cadix, en Espagne, et avec les îles Cassitérides de l'Atlantique.

L'Histoire garde le souvenir du prodigieux voyage du suffète Hannon, qui longea les côtes africaines avec une flotte de nombreux navires et un total de 30.000 hommes (!). Il atteignit le sud du Maroc actuel avant de regagner la mère patrie.

Les Carthaginois adorent Tanit et surtout Ba'al Hammon. À ce dieu, selon une coutume originaire de Tyr, ils offrent en sacrifice des enfants au cours d'une cérémonie appelée «molek» (ou Moloch). Les malheureux sont jetés dans une fournaise et leurs cendres sont conservées dans un endroit appelé «tophet». Les archéologues en ont retrouvé les traces sur le site de Carthage.

Bibliographie

Carthage, méconnue, fait l'objet d'un petit ouvrage très complet de François Decret : Carthage ou l'empire de la mer (Seuil, Points Histoire).

Il vaut la peine de lire ou relire aussi Salammbô. Gustave Flaubert raconte dans ce roman épique la guerre des mercenaires, qui mit en péril la grande cité après la première guerre punique.

Publié ou mis à jour le : 2013-04-10 19:02:32

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir le commentaire sur cet article


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.