La référence des passionnés d'Histoire
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quel aventurier s'associa le roi des Belges Léopold II pour la conquête du Congo ?

Réponse
Publicité

16 mars 1914

Mme Caillaux tire sur Gaston Calmette


Le 16 mars 1914, Henriette Caillaux tue Gaston Calmette, le directeur du Figaro, par crainte que le passé sentimental de son couple soit étalé sur la place publique.

Ce coup de revolver est le premier d'une série de trois qui entraîneront la France et l'Europe dans la plus grande tragédie de leur Histoire. Le deuxième visera l'archiduc Ferdinand à Sarajevo, le 28 juin, et le troisième aura raison de Jean Jaurès à Paris, au café du Croissant, le 31 juillet de la même année.

Alban Dignat

Mme Caillaux tire sur Gaston Calmette (couverture du Petit Journal)

Un crime malvenu

La femme élégante qui s'est présentée au Figaro et a demandé à voir le directeur est l'épouse de l'homme politique le plus en vue du moment, Joseph Caillaux. Elle est déprimée par une campagne qui vise son mari. Depuis plusieurs mois en effet, le Figaro publie au compte-goutte sa correspondance privée à l'instigation de ses ennemis politiques et dans la volonté évidente de détruire sa carrière.

Henriette, élevée dans les principes les plus stricts, s'est entendue dire par sa mère qu'il n'y avait pas de plus grand déshonneur que d'être la maîtresse d'un homme marié ! Or, elle-même a eu une relation intime avec Joseph Caillaux du temps où elle était mariée à un autre homme. De son côté, Joseph Caillaux, au début de leur liaison, était encore en ménage avec sa première femme.

Elle craint plus que tout que le journal publie une lettre d'amour qui révèle ce passé qu'elle juge particulièrement «déshonorant» et c'est pour cela qu'elle va tuer le directeur du Figaro.

Henriette Caillaux au cours de son procèsLe procès, qui s'ouvre le 20 juillet 1914, passionne l'opinion publique.

Comme celle-ci se montre, avant 1914, extrêmement bienveillante à l'égard des femmes qui tuent par passion amoureuse, la criminelle est sans trop de surprise acquittée par le jury d'assises le 28 juillet 1914.

Trois jours après, la France décrète la mobilisation générale contre l'Allemagne.

Le geste fatal d'Henriette Caillaux a empêché son mari de revenir à la présidence du Conseil à un moment crucial. Ce faisant, il a annihilé l'espoir d'une alternative diplomatique à la tragédie majeure dans laquelle va sombrer l'Europe...

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir le commentaire sur cet article


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Mise à jour : 2014-03-18 15:53:44