Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le surnom d'«Immortel» donné aux membres de l'Académie française ?

Réponse
Publicité

16 janvier 1547

Ivan IV fonde la Russie moderne


Ivan IV a trois ans quand il devient grand-prince de Moscou, à la mort de son père Vassili III. À seize ans, le 16 janvier 1547, il troque son titre contre celui de tsar, revendiqué avant lui par son grand-père Ivan III. Ce mot russe est une déformation de César (qui se retrouve aussi dans l'allemand Kaiser).

Des débuts prometteurs

Le nouveau souverain est un jeune homme érudit et plein de talents. Il veut sortir son pays, la Russie, du désespoir où l'a laissée une longue occupation par les Mongols. Il ambitionne de la hisser au niveau de l'Occident, alors en pleine Renaissance.

Ivan IV soumet les grands seigneurs féodaux, les boyards, en s'appuyant sur les représentants du peuple et de la petite noblesse.

Il vainc après d'âpres combats les Tatars établis sur la Volga, autour de Kazan et Astrakhan. Ces victoires ouvrent aux paysans russes la colonisation de l'immense Sibérie, au moment où les Occidentaux entament celle de l'Amérique.

Vers le cauchemar

Le tsar échoue cependant dans ses efforts pour ouvrir la Russie sur la mer Baltique. Il doit faire face à l'union des Polonais et des Lituaniens, ainsi qu'aux Suédois. C'est à ce moment qu'il éprouve la trahison de plusieurs boyards.

Pour faire face à la montée des périls, le vieux tsar s'attribue un pouvoir sans limites sur les terres les plus riches de la Russie.

Il en élimine les boyards et en confie l'administration à ses hommes de main... Mais ceux-ci commettront tant d'excès que le tsar devra plus tard les remplacer par une noblesse à son service.

Pour tenir les paysans dans la soumission, Ivan IV restreint leur liberté de circulation. C'est ainsi que la paysannerie russe entre dans le servage.

La fin du règne est placée sous le signe d'une horrible répression, ce qui vaut au tsar le surnom de «Terrible» ou «Redoutable» (en russe, Grozny).

Les boyards sont exterminés par milliers. Les habitants de la prestigieuse cité de Novgorod, au nord de Moscou, sont noyés pour s'être révoltés. Ivan IV pousse la folie meurtrière jusqu'à tuer son fils aîné à coups de bâton.

Plusieurs décennies de troubles et d'anarchie s'annoncent avec la mort du tsar à 55 ans, en 1584.

Ivan IV aura forgé l'État russe mais échoué dans sa tentative de le hisser à marches forcées au niveau de l'Occident. D'autres que lui connaîtront semblable échec : Pierre le Grand, Alexandre II et également... Staline.

Ivan le Terrible au cinéma

Le cinéaste soviétique Serguei Eisenstein a mis en images «Ivan le Terrible» en 1943, afin d'exalter le nationalisme russe dans la guerre contre l'envahisseur allemand.

Plus près de nous, en 2009, le personnage d'Ivan IV Grozni a aussi inspiré le cinéaste Pavel Lounguine, qui s'est rendu célèbre par des films au souffle mystique (L'île, Le pope...).

Publié ou mis à jour le : 2010-01-10 17:21:37

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir le commentaire sur cet article


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.