Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui est surnommé le père de la Nouvelle France ?

Réponse
Publicité

16 février 1899

La mort heureuse de Félix Faure


Émotion à l'Élysée. Le président de la République est mort dans les bras de sa maîtresse. Cela s'est passé le 16 février 1899... Ce n'est pas de nos jours que l'on verrait des choses pareilles ;-))

Félix Faure, président de la République française (30 janvier 1841, Paris -16 février 1899, Paris) La victime, Félix Faure, était un bel homme de 58 ans avec une fine moustache tournée à la façon de Guy de Maupassant.

Il a été élu à la présidence de la République par une coalition de modérés et de monarchistes le 17 janvier 1895 suite à la démission de Jean Casimir-Périer. Ses contemporains le surnommaient affectueusement le «Président Soleil» en raison de son amour du faste.

La rumeur publique crut d'abord que sa compagne des derniers instants était Cécile Sorel, une actrice célèbre du moment. On sut dix ans après qu'il s'agissait d'une demi-mondaine du nom de Marguerite Steinheil.

On prête à Georges Clemenceau le mot suivant : «Félix Faure est retourné au néant, il a dû se sentir chez lui».

Il est vrai que le président n'avait rien accompli de marquant même s'il possède aujourd'hui une belle avenue parisienne et une station de métro à son nom.

On retient seulement qu'il s'opposa à la révision du procès du capitaine juif Alfred Dreyfus, faussement accusé de trahison, et que son gouvernement dut céder aux Anglais le Soudan après le bras de fer de Fachoda.

Deux jours après sa mort, les députés et les sénateurs réunis en Congrès à Versailles élisent son successeur, Émile Loubet, connu pour être dreyfusard. Le nouveau président est aussitôt conspué aux cris de «Élu des Juifs !»

Quelques jours plus tard, pendant les funérailles de Félix Faure, le polémiste Paul Déroulède tente d'entraîner un général dans un coup d'État en vue de faire la guerre à l'Allemagne. Il est temporairement banni.

Publié ou mis à jour le : 2012-05-21 16:57:11

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

HORATIO (16-02-201520:05:01)

"Dans les bras d'une admiratrice..."
Qu'en termes élégants ces choses-là sont dites !

mariejosf (17-02-201207:59:21)

Aujourd'hui,avec la supposée "Égalité" entre les hommes et les femmes, un homme qui a de nombreuses aventures suscite toujours(même chez les femmes!)une certaine "admiration" alors qu'une femme qui agit de la sorte est traitée de "gourgandine" (mot que j'emploie pour respecter la bienséance en remplacement de celui qui figure dans le titre d'une œuvre de Sartre)!

Franck I. (15-02-201014:29:29)

ce Clémenceau, quel talent ! Je pense à cette réponse à un parlementaire qui le traitait de "bourgeois cossu !", "merci pour la cédille !"

jurane (16-02-200921:34:24)

Comment expliquer qu'un homme somme toute médiocre ait donné son nom a tant de lieus? Pas de concurrence? Antisémitisme? N'oubliez-vous pas quelque chose dans votre appréciation?

spiess (13-12-200822:09:28)

Au regard de la Belle Epoque, que la nôtre est pudibonde ! De Clinton à Strauss Khan, beaucoup doivent regretter de n'être pas nés un bon siècle plus tôt !


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.


Si vous n'êtes pas Ami d'Herodote.net, vous pouvez commenter ci-dessous l'article sur facebook.