Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
>> Accueil > 1618 à 1648

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

1618 à 1648

La guerre de Trente Ans


La guerre de Trente Ans est le premier grand conflit des Temps modernes. 

Elle a ruiné pour longtemps l'Europe centrale et abaissé l'Allemagne, avec deux millions de morts parmi les combattants et davantage encore parmi les civils, soit en tout au moins cinq millions de victimes pour une population totale de quinze à vingt millions d'habitants dans le Saint Empire romain germanique.

Cette guerre semée d'atrocités et de massacres en tous genres a été inaugurée en 1618 par une obscure querelle entre les protestants de Bohême et Matthias, empereur d'Allemagne et roi de Bohême, par ailleurs catholique.

Marie Desclaux

Les horreurs de la guerre (peinture de Vrancx)

Fin de la Bohême (1618-1620)

C'est ainsi que la Diète de Prague refuse au nouvel empereur d'Allemagne le titre de roi de Bohême. Elle propose la couronne à l'Electeur palatin Frédéric, un prince allemand de confession calviniste.

La Ligue des princes catholiques, conduite par Maximilien 1er de Bavière, ne tolère pas l'immixtion d'un calviniste proche des Hollandais.

Ses mercenaires, conduits par le comte Jean de Tilly, écrasent les protestants à la Montagne Blanche, le 8 novembre 1620. La Bohême perd dès lors son autonomie et devient une propriété personnelle des Habsbourg de Vienne.

Internationalisation du conflit (1620-1635)

Le roi d'Espagne Philippe IV de Habsbourg prend prétexte des événements pour reprendre la guerre contre ses anciennes possessions des Provinces-Unies (les Pays-Bas actuels).

- l'intervention danoise :

Les protestants allemands, inquiets, se tournent en 1625 vers le roi luthérien Christian IV de Danemark qui conclut aussitôt une alliance avec l'Angleterre anglicane et les Provinces-Unies calvinistes contre l'Espagne.

La guerre reprend de plus belle tandis que l'empereur catholique recrute un nouveau chef de guerre, le tchèque Albert de Wallenstein. Le roi de Danemark est vaincu. Il signe la paix de Lübeck le 6 juin 1629 avec l'empereur Ferdinand II et se retire de la guerre.

- l'intervention suédoise :

Le Suédois Gustave-Adolphe s’en inquiète. Il estime que le moment est venu pour lui de passer à l’offensive afin de prévenir les visées de l’empereur catholique sur la Baltique. Débarquant en Poméranie, il écrase l'armée de la Ligue catholique, commandée par de Tilly, à Breitenfeld, près de Leipzig, le 17 septembre 1631.

La France de Louis XIII et Richelieu entre discrètement en jeu et lui verse ;des subsides pour lui permettre d’entretenir ses troupes. Gustave-Adolphe conquiert la Bavière et la Rhénanie et installe son quartier général à Francfort. Il reçoit le surnom de « Lion du Nord ».

À Lützen, le 6 novembre 1632, à la tête de 175.000 homes, dont seulement 30.000 Suédois (et Finlandais), il écrase l'autre chef des catholiques, Albert de Wallenstein mais est blessé à mort à la fin de la bataille.

Son épopée s’arrête là mais les Suédois n’en poursuivent pas moins la guerre avec de grands chefs de guerre efficaces et brutaux cependant que sa fille de six ans, Christine, lui succède sur le trône de Suède.

Incendie de Magdebourg par les soldats de Tilly, le 20 mai 1631

Wallenstein, qui commence à faire de l'ombre à l'empereur, est assassiné le 25 février 1634. Après la défaite des Suédois, l'empereur est à nouveau sur le point de mettre un terme au conflit. Il signe avec les protestants la paix de Prague, le 30 mai 1635, qui ramène l'Allemagne à la paix d'Augsbourg, 80 ans plus tôt.

La France relance la guerre (1635-1648)

C'est alors que Richelieu et le roi de France Louis XIII décident d'entrer ouvertement dans la guerre, aux côtés des protestants, pour prévenir l'encerclement de leur royaume par les possessions des Habsbourg.

La déclaration de guerre de la France à l'Espagne relance le conflit pour treize ans. Autant de souffrances en plus pour les Allemands. L'épilogue est la publication des traités de Westphalie, sous l'égide de la France et de la Suède, le 24 octobre 1648, qui laisse l'Allemagne exangue et émiettée en plus de 350 principautés indépendantes.

L'Europe après les traités de Westphalie (1648)

Cliquez pour agrandir
Cette carte montre les divisions politiques de l'Europe en 1648, à l'issue des traités de Westphalie qui ont mis fin à la guerre de Trente Ans. On peut observer la division de l'Allemagne et de l'Italie en de nombreuses principautés et la survie à l'est du continent d'États vastes mais fragiles.

Publié ou mis à jour le : 2015-08-24 16:26:47

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Que désigne la Rose blanche en Allemagne ?

Réponse
Publicité